Boulogne-Billancourt : la ville des temps modernes ; l’hôtel de ville et le musée des années 30

Par défaut

DSCN3016

La naissance de Boulogne-Billancourt est fondamentablement liée à son maire, André Morizet, qui fera de sa ville, au début du XX°s, la cité des Temps Modernes. De nouveaux édifices publics portant la signature de grands architectes vont être érigés à partir de 1930. C’est ainsi que, face à la forte croissance de la commune due aux nombreuses industries qui vont s’y installer, Tony Garnier se voit confier par le maire la réalisation d’un nouvel hôtel de ville. L’architecte, qui s’était déjà illustré dans une réflexion urbanistique et dans la réalisation à Lyon de plusieurs bâtiments, va livrer un bâtiment puissant à l’intérieur duquel se trouvent magnifiés les salons de 20150725_174714réception et les services administratifs en deux volumes distincts mais accolés.

Le musée des années 30 situé à proximité complète et illustre à merveille la découverte historique, économique et artistique de la ville. Pendant l’entre deux-guerres, les nombreuses industries de pointe installées à Boulogne-Billancourt offrent l’image d’une ville tournée vers la modernité. La trentaine d’ateliers érigés dans la ville permet une création artistique florissante où sont représentés tous les courants de l’époque; art néo-classique, art-Déco et avant-gardes grâce au marchand d’art Henry Kahnweiler. Ainsi, à travers une magnifique collection de peintures et de sculptures où sont également réhabilités l’art colonial et l’art sacré le musée retrace toute la période artistique de l’entre deux-guerres. Enfin, la riche collection de mobilier du musée permet la confrontation entre les acteurs de l’UAM (Prouvé, René Herbst, Mallet-Stevens…) et ceux plus classiques issus de la tradition (Ruhlmann…) et justifie à elle seule la visite de ce musée bien trop souvent méconnu.20150725_172041

Durée de la visite: 2 heures  + prévoir l’entrée du musée

           Cette visite n’est pas au programme actuellement mais elle peut s’organiser sur demande

visite sur mesure

Le palais de la Porte Dorée et l’exposition coloniale de 1931

Par défaut

DSCN1071

 

Construit par Albert Laprade en 1931 à l’occasion de l’exposition coloniale, le bâtiment devait conserver et diffuser le message de la manifestation en cristallisant la diversité des styles de l’empire et exprimer la domination de la nation sur ses colonies.

DSCN1064L’élément marquant du lieu est l’immense tapisserie de pierre se déroulant sur 110 m de long, illustrant les colonies d’Afrique, d’Asie et d’Amérique. Magnifique travail du sculpteur Alfred Janniot et de son équipe, ces bas-reliefs exaltent la mission civilisatrice de la France et la richesse des colonies avec sa faune, sa flore et ses ressources minières représentée avec force et détails… Le rez-de-chaussée du bâtiment abrite une salle d’honneur et deux salons richement décorés de fresques ; elles répondent aux bas-reliefs de Janniot en illustrant le rayonnement de la France dans le monde. Le mobilier Art Déco est également remarquable avec la signature de grands ébénistes comme Emile Ruhlmann.DSCN1079

Installée dans le bois de Vincennes, cette exposition coloniale fut un immense succès auprès des parisiens qui purent approcher et admirer l’architecture et les coutumes des ethnies des pays colonisés ou invités à exposer…mais déjà souffle le vent de l’anticolonialisme et après la seconde guerre mondiale, la décolonisation met un terme à la vocation originelle du lieu.

 

Durée : 1 heure et demi

Cette visite n’est pas au programme actuellement mais elle peut être organisée sur demande:

Visite sur mesure